22 Février 2016

Brexit: Un Enjeu Existentiel Pour l’Europe?

David Cameron a obtenu le 19 février un accord qui satisfait d’abord ses objectifs de politique intérieure. Ce compromis est ambigu. Il ouvre la porte à une série de demandes de « deals à la carte » auxquels l’UE ne résisterait pas. Le Royaume-Uni participe à un équilibre des forces économiques, démocratiques et intellectuelles en Europe. Son [...]
cameronjuncker2.jpg

David Cameron a obtenu le 19 février un accord qui satisfait d’abord ses objectifs de politique intérieure. Ce compromis est ambigu. Il ouvre la porte à une série de demandes de « deals à la carte » auxquels l’UE ne résisterait pas.

Le Royaume-Uni participe à un équilibre des forces économiques, démocratiques et intellectuelles en Europe. Son retrait serait donc déplorable, même s’il agit souvent comme un très pénible membre du club européen. Les difficultés existentielles de l’UE ne sont pas dues aux exigences britanniques, mais à l’absence de perspectives communes sur la crise des migrants, la gouvernance de la zone euro, le retour de la croissance et la riposte démocratique face aux périls. Des sujets qui concernent la France et l’Allemagne au premier chef.

L’accord pose quatre questions:

  1. Pourquoi une exception britannique?
  2. Le Brexit, un sujet politique ou économique?
  3. Le Brexit est-il la vraie priorité de l’Europe?
  4. Que faut il surveiller pour comprendre la suite des événements?

Ma réponse à ces questions dans Talking Points