02 Novembre 2015

Le M&A pour sauver les profits!

L’apathie de la croissance mondiale commence à se traduire dans les comptes des entreprises américaines. Dans le passé récent, la hausse des bénéfices à pu compter sur des mesures de cost-cutting et de réduction des frais financiers qui ne sont pas indéfiniment reproductibles. La multiplication des Mega deals est une réponse à l’épuisement de la [...]
lifebelt-868195_960_720.jpg

L’apathie de la croissance mondiale commence à se traduire dans les comptes des entreprises américaines. Dans le passé récent, la hausse des bénéfices à pu compter sur des mesures de cost-cutting et de réduction des frais financiers qui ne sont pas indéfiniment reproductibles. La multiplication des Mega deals est une réponse à l’épuisement de la croissance organique des firmes. La liquidité des banques centrales alimente les transactions de M&A, mais elle est inopérante pour soutenir un marché des IPOs plus révélateur du dynamisme de l’économie réelle


Les grands volumes de M&A (fusions-acquisitions) se produisent généralement dans des périodes d’euphorie boursière. Ce n’est pas le cas cette année. La performance des marchés actions est décevante malgré les politiques de création monétaire des banques centrales. Le marché des introductions en bourse donne des signes de fragilité. Les montants levés sont en retrait, des opérations sont annulées et la performance moyenne des nouvelles sociétés cotées est négative. L’océan de liquidité ne semble favoriser que le M&A et les share buybacks. Comment expliquer ce paradoxe? Les fusions sont-elles une réponse à un épuisement de la croissance du profit des firmes américaines?

Lire la suite de l’article de Talking Points: SauverLesProfits