26 Octobre 2015

Mario Draghi peut-il sauver l’Europe?

  La BCE va accentuer son programme d’assouplissement quantitatif pour contrer la faiblesse de l’inflation. La magie Draghi continue d’opérer. Les marchés financiers ont salué une annonce qui revalorise le prix des actifs, facilite le crédit bancaire et dévalue l’Euro.  Nul ne doit cependant succomber à l’illusion monétaire. Le problème de l’Europe est d’abord politique. Le pire serait que le [...]
money-glut-432688_960_720.jpg

La BCE va accentuer son programme d’assouplissement quantitatif pour contrer la faiblesse de l’inflation. La magie Draghi continue d’opérer. Les marchés financiers ont salué une annonce qui revalorise le prix des actifs, facilite le crédit bancaire et dévalue l’Euro. Nul ne doit cependant succomber à l’illusion monétaire. Le problème de l’Europe est d’abord politique. Le pire serait que le succès du QEn’incite à l’immobilisme d’élites politiques défiées par le résultat de nombreuses élections en Europe, y compris dans des pays qui ont conservé ou renoué avec un certain niveau de croissance économique. Ce n’est pas la BCE qui sauvera l’Europe, mais des gouvernements jouissant de la confiance de leur peuple.


La baisse estivale des marchés reflète les doutes des opérateurs face aux tergiversations des autorités chinoises et de la FED. Pour la première fois, la Chine et la banque centrale des Etats-Unis ont semblé hésiter, voire remettre en cause des stratégies préalablement affirmées avec une une très grande conviction. La transition vers une économie recentrée sur les services est apparue menacée par la faiblesse de la croissance chinoise, tandis que des vues divergentes s’exprimaient au sein de la FED sur la nécessité de remonter son taux directeur. La crédibilité de la FED n’est plus un tabou.

La BCE n’a pas voulu courir ce risque. Son programme d’assouplissement quantitatif (le « QE ») était motivé par le risque de déflation. Après une remontée dans le premier semestre, conformément aux objectifs du QE, l’inflation redevenait négative? La BCE a voulu agir et conforter sa crédibilité en démontrant qu’elle demeurait ferme sur ses objectifs et son mandat

Lire la suite de l’article de Talking Points ici : Draghi BCE