09 Novembre 2015

La Chine Refuse d’être Vieille avant d’être Riche

TALKING POINTS 9/11/15 Le leadership politique chinois se mobilise pour éviter le piège du middle income trap, une stagnation économique due à une compétitivité dégradée par la démographie et des coûts trop élevés. Il annonce un programme majeur de développement technologique et scientifique afin d’accélérer la montée en gamme de la production chinoise. Les entreprises [...]
citychina.jpg

TALKING POINTS 9/11/15

Le leadership politique chinois se mobilise pour éviter le piège du middle income trap, une stagnation économique due à une compétitivité dégradée par la démographie et des coûts trop élevés. Il annonce un programme majeur de développement technologique et scientifique afin d’accélérer la montée en gamme de la production chinoise. Les entreprises occidentales ont bénéficié depuis deux siècles du privilège exclusif de l’innovation. Elles doivent se préparer à le partager, pour le meilleur et pour le pire.Le renoncement à la politique de l’enfant unique n’est pas en revanche une décision démographique de grande ampleur. Il doit être compris pour ce qu’il est réellement: le signal que la Chine refuse d’être vieille avant d’être riche.

Philippe Tibi, avec David Baverez (depuis Hong Kong).


Seuls une dizaine de pays émergents de la décennie 1950 font aujourd’hui partie du club des pays développés. Parmi eux le Japon, la Corée, Singapour, Taiwan, Hong Kong, Israël et la Grèce, des pays dont le PIB par habitant dépasse le seuil des 10-15000$, au contraire de l’Argentine, le Brésil, l’Afrique du Sud ou la Turquie qui stagnent sous ce niveau pour des raisons bien identifiées par la théorie économique (1):

Dans un premier temps, ces pays bénéficient du dividende démographique et de l’urbanisation. Une main d’œuvre peu coûteuse assure la compétitivité des produits locaux. Les investissements étrangers affluent, typiquement dans les secteurs du textile et de l’électronique qui ne réclament pas des travailleurs très qualifiés. Une partie de la population sort de la pauvreté.

Dans un second temps, les salaires augmentent. Cela affaiblit les entreprises. Le pays tente de recouvrer sa compétitivité grâce à la dévaluation. Les exportations redémarrent. Le confort retrouvé n’encourage pas les investissements dans des produits à plus forte valeur ajoutée. La qualité de la production ne progresse pas. L’inflation importée nourrit la hausse des taux d’intérêt. Elle dissuade les investissements étrangers. La croissance ralentit et le PIB stagne.

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE DE TALKING POINTS: Middle Income Trap