15 Février 2016

Crise Economique ou Marché Erratique?

Marchés erratiques ou annonciateurs d’une crise économique ?   Les indices pétroliers et bancaires s’effondrent. Le choc boursier n’est pas une répétition de la crise 2008, mais il y puise des racines profondes. L’économie occidentale demeure en panne, le leadership politique est en crise, la dette publique continue d’augmenter et les marchés évoluent sous une perfusion [...]

Marchés erratiques ou annonciateurs d’une crise économique ?

samuelson.jpg

Les indices pétroliers et bancaires s’effondrent. Le choc boursier n’est pas une répétition de la crise 2008, mais il y puise des racines profondes. L’économie occidentale demeure en panne, le leadership politique est en crise, la dette publique continue d’augmenter et les marchés évoluent sous une perfusion des banques centrales.

La sortie de crise était gagée sur deux dogmes : l’infaillibilité du gouvernement chinois et la capacité de la FED à guider l’économie. Ce modèle ne fonctionne plus. La Chine semble désorientée par le ralentissement de sa croissance, tandis que la banque centrale des Etats-Unis peine à expliquer la logique de sa politique monétaire.

Cette incertitude nourrit trois anxiétés :

  1. La guerre des monnaies. Les dévaluations successives des monnaies occidentales depuis 2008 étaient consensuelles. La politique de la FED et les tensions sur le Yuan créent au contraire le désordre.
  2. La fragilisation du modèle économique des banques. Taux de dépôt négatifs, taux de refinancement à la hausse et taux longs comprimés par les Quantitative Easings forment un environnement déprimant, tout comme le coût très élevé des contraintes réglementaires et les Fintechs qui menacent la rentabilité du secteur.
  3. Le risque d’une récession mondiale. Il est alimenté par l’incertitude chinoise et l’impuissance des banques centrales devant le scénario de la stagnation séculaire: insuffisance de la demande et non rentabilité des investissements aux taux d’intérêts réels actuels.

Les cours du pétrole et la situation des banques sont les catalyseurs, plutôt que la cause, de la baisse erratique du marché. Ce choc inattendu est aussi le révélateur de nos ignorances : pourquoi la création monétaire ne crée plus l’inflation ? Pourquoi la baisse du chômage ne fait-elle pas monter les salaires aux Etats-Unis ? Comment les taux négatifs sont-ils possibles ? Pourquoi les progrès de la technologie ne provoquent pas une augmentation de la productivité ?

Cette réflexion appelle les questions suivantes:

  1. Pourquoi le pétrole et les banques catalysent-ils le stress du marché?
  2. Quels sont les paradigmes actuels des investisseurs?
  3. La crise débouche-t-elle sur des impasses intellectuelles?


c0390170665ed82fc807768135cd0.jpeg

J’ai participé à un débat sur ce sujet chez BFM (les décodeurs de l’Eco):

Voir la vidéo


La réponse à ces questions...